Les rendez-vous culturels
de Terra Nobilis

Terra Nobilis vous propose le dernier mardi de chaque mois des conférences, des apéro-conférences, des dîner-conférences ainsi que des journées de séminaires pour découvrir et pour comprendre les moments clés de notre histoire ainsi que des aspects des grandes civilisations du passé qui nous permettent de mieux appréhender le monde contemporain... l’occasion de partager avec vous les questions qui nous préoccupent ainsi que nos passions les plus vives !

À quoi sert l’Histoire ?

À rien ! Répond Paul Veyne dans un brillant essai d’épistémologie au début des années 70. Un brin provocateur, Paul Veyne explique que l’on étudie l’Histoire simplement parce qu’on en a l’envie, le goût. Bref, par inclination personnelle. Sans pouvoir en tirer ni enseignement pour le temps présent ni règle de conduite ou de bon gouvernement. Et pourtant ! Comment ne pas voir dans cette discipline, la mère des sciences humaines, une formidable source de questionnement capable de renouveler notre vision du passé bien sûr, mais également du présent. Etudier l’Histoire, c’est en effet interroger le passé avec nos préoccupations actuelles. Etudier l’Histoire, c’est faire un voyage en terre étrangère, un voyage qui toujours nous confronte à la dialectique du semblable et du différent. Et comme tous les voyages, celui-ci nous en apprend autant sur nous-mêmes que sur ces étranges étrangers que l’on découvre en parcourant ces lointaines contrées. En définitive, comme l’a écrit Benedetto Croce, toute histoire est toujours contemporaine.

Les places étant limitées, l'inscription aux conférences est nécessaire

Via le site Eventbrite, lien ci-dessous :  

par courriel : 
laurine.sandoval@terranobilis.com
ou par téléphone :
Accueil : 03 88 35 32 14
Portable : 06 51 25 84 95

Ligne moutarde

Quelle est donc cette démocratie créée par les grecs antiques ? Ont-ils inventé la notion de citoyenneté ? De quelle manière la construction de l'Empire romain, ainsi que sa chute, font encore écho à des problématiques actuelles de territoires, d’appartenance, d’unification ?

Le sujet permettra d’éclairer par des exemples du passé des notions encore en débat aujourd’hui de citoyenneté, d'intégration et de démocratie.

Une conférence de Laurent Lanfranchi, historien et fondateur de Terra Nobilis.

La conférence sera suivie d'un cocktail, l'occasion de partager ensemble un moment de convivialité et de débat !

date-vert

Samedi
16 septembre 2017
à 18h

Club de la Presse
10, place Kléber 

Euro jaune

Tarif : 15 €

Les saveurs du 7e Art

Projection, conférence et cocktail dînatoire
L’homme à la caméra de Dziga Vertov I 1929

Ligne moutarde

La petite ville d’Odessa s’éveille. Un jour comme les autres s’annonce. « L’homme à la caméra » sillonne la ville, son appareil à l’épaule. Il en saisit le rythme et, à travers lui, celui des vies qu’il croise. Sans parole ni sous-titre, sans acteur ni décor, le film est d'une grande richesse formelle et le montage y joue un rôle central. Film fondateur du Kino-Glaz (ciné-oeil), L'Homme à la caméra est une démonstration, visant à prouver que le cinéma, quand il s'éloigne du récit, est le seul à pouvoir rendre compte de la réalité.

date-vert

Jeudi
26 octobre 2017
à 18h

Cinéma Odyssée

3 Rue des Francs-Bourgeois

Euro jaune

Tarif : 30 €

Visite privée I Kunsthalle Karsruhe

Terra Nobilis vous propose une visite privée de l’exposition Cézanne. Métamorphoses

Une visite proposée par Catherine Jordy

Ligne moutarde

Grande exposition Cézanne présentée à la Kunsthalle de Karlsruhe avec le soutien du land de Bade-Wurtemberg : l’une des principales manifestations culturelles de cet automne. 

Le peintre, dessinateur et aquarelliste Paul Cézanne (1839–1906) a produit une œuvre particulièrement diversifiée. Sa tendance à l’abstraction en fait un précurseur de l’art moderne, et cela bien que son ambition personnelle eût été de renouveler l’art classique. La grande exposition organisée à la Kunsthalle présente sous un jour nouveau les baigneuses, portraits, natures mortes et paysages lumineux qu’il nous a laissés. 

Aucune rétrospective n’avait encore présenté Cézanne comme un artiste cherchant à percer des secrets et à appréhender le monde. L’exposition de la Kunsthalle — la première qui aborde la production de l’artiste de manière globale — n’est pas structurée selon la chronologie ni les différents genres, mais présente côte à côte des œuvres de différents types réalisées à différentes époques. Cela afin de mettre en évidence les liens entre d’une part l’aspect dramatique des œuvres précoces figurant des personnages, d’autre part le caractère digne et intemporel de ses natures mortes.

Alors qu’on a souvent prétendu que Cézanne avait radicalement changé de style entre le début et la fin de sa carrière, l’exposition de Karlsruhe s’efforce de souligner la continuité sous-jacente aux différentes phases de cet artiste enraciné dans la tradition. Ce faisant, elle rappelle que Cézanne est probablement le peintre de sa génération qui a réalisé le plus de copies de maîtres anciens et d’artistes contemporains, et qui a su extraire de ces œuvres nombre de détails et de personnages auxquels il a donné une seconde vie dans ses propres compositions. 

L’exposition met par ailleurs en évidence certaines ambiguïtés dans l’œuvre du peintre, par exemple lorsqu’il liquéfie des structures solides ou qu’au contraire il matérialise des formes fluides. Ce procédé est notamment visible dans un tableau qui confère à une veste posée sur une chaise une apparence qui rappelle le profil de la montagne Sainte-Victoire.

date-vert

Vendredi
24 novembre 2017
à 16h30

Départ en bus depuis le Wacken devant l’entrée du Maillon, 7 place Adrien Zeller, 67000 Strasbourg

Euro jaune

Tarif : 45 €

Apéro-Conférence

Grand angle sur la Bulgarie

Ligne moutarde

La Bulgarie des légendes, des cultures ésotériques et des monastères, est l’un des plus énigmatique des pays. Dans ses montagnes surprenantes de beauté, de forêts luxuriantes et vallées fertiles, l’homme écrit l’histoire depuis plus de VII millénaires comme en témoignent les trois cents tombes de la nécropole de Varna du Vème millénaire avant notre ère, révélant des objets en or d’une exceptionnelle finesse, ainsi qu’une civilisation du néolithique déjà structurée et hiérarchisée. C’est en Bulgarie que nous pouvons approcher l’extraordinaire savoir-faire des artisans thraces et de la civilisation d’Or apparue dans la plus haute antiquité. Brillante et complexe, elle nous attire par ses monuments, les splendides trésors en or composés de rhytons, coupes, vases, armures, couronnes… Ce n’est cependant que l’aspect matériel ! La richesse spirituelle de ce peuple, portant le message de l’immortalité de l’âme à travers les rites orphiques et le culte de Dionysos est codifié dans les nombreux tumulus ornés de fresques des grands maîtres. La période romaine est aussi passionnante, marquée par les grands noms de l’antiquité tels Claude, Marc-Aurel, Galère. Ce dernier, natif de Serdica, l’actuelle Sofia, y publia le fameux Edit Sardique, proclamant la tolérance religieuse et mettant fin aux persécutions à l’encontre des chrétiens. Son contemporain, Constantin le Grand, proclamait par ailleurs « Serdica est ma Rome ». C’est un étonnant voyage que la Bulgarie vous propose dans les temps néolithiques, la Haute-Antiquité, les époques hellénistique, romaine, byzantine et ottomane. Point d’orgue de ce voyage, la découverte de l’héritage culturel des Khans et des Tzars Bulgares venus d’Asie. Ces derniers surent rassembler Slaves, Bulgares et cavaliers des steppes pour construire une civilisation originale qui a connu son âge d’or au IXème siècle et fut la troisième puissance européenne avec celle de Byzance et des Francs. Au carrefour des mondes, arène géante des chocs des cultures, la Bulgarie vous propose une expérience unique où se mêlent l’héritage de l’Europe et celui des steppes en une étonnante et fascinante synthèse.

date-vert

Mardi
05 décembre 2017
à 18h

Club de la Presse
10, place Kléber 

Euro jaune

Tarif : 15 €












img.desaturate { filter: grayscale(100%); }